• Vent d’automne

    Vent d’automne 

      

    Sur les calendriers, en ronde monotone, 

    Le temps toujours s’enfuit. Mon âme en oraison 

    Rêve qu’un long printemps, pour unique saison, 

    Ne daigne s'infliger un univers atone ! 

      

     Novembre nous arrive et le monde dissone. 

    Un être flamboyant ? Non, la défeuillaison ! 

    Chaque jour qui succombe attriste ma raison, 

    L’hiver est le taudis d’une affreuse gorgone. 

      

    Ma muse n’aime pas marcher sur le bois mort, 

    Son regard s’assombrit quand la forêt s’endort 

    Et dévoile soudain sa face désolée. 

      

    Que colportent ici, figés en quelques vers, 

    Des mots qui s'envolaient sur les branchages verts ?

    " Voici le vent d’automne, il sème à la volée... " 

     

    Hz

      


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :