• L'âme papillon

    L’âme "papillon"

    Sais-tu ce qu’est ton âme "papillon" ?

    Pour appréhender l’enchantement de la vie, ses éblouissantes facultés à s’épanouir dans la diversité, dans la force ou la fragilité,

    Il te faut bien une âme.

    Cette petite fleur qui ne demande qu’à devenir belle, aux coloris étourdissants, aux senteurs joyeuses de vagabondage au gré de vents indécis,

    une âme…

    Arrose-la de tendresse, réchauffe-la d’amour, sois plein d’attention.

    Elle est une rivière paisible qui rêve d’océan.

    Elle te révèlera ce qu’est l’essence véritable du monde…

     

    Tu voudras interroger le chêne séculaire ?

    Sa voix rauque d’écorce te parlera longtemps, plus ils sont vieux, plus ils ont de choses à dire !

    Les arbres causent entre eux…

    Entends leurs feuillages aux diverses saisons.

     

    La forêt silencieuse est bruyante...

    Ça cancane, ça commère, ça plaisante,

    Ça se dispute, ça ronfle …dans le calme apparent.

     

    Vois le ruisseau pressé, comme il fuit d’une pierre à l’autre.

    Il n’a pas une seconde à lui.

    Lève les yeux vers ces nuages si légers, si voyageurs,

    Ils t’apportent l’eau que tu boiras demain !

     

    Tout est vibrations, aime les sons, les couleurs,

    A chaque fantaisie ses fréquences !

     

    Sois brindille et ploie sous la brise, sois rossignol au chant clair, sois fourmi travailleuse.

    Sois vagues impétueuses et rocher impassible,

    Sois orage qui gronde, aurore vaporeuse.

    Sois volcan coléreux, sois neiges en décembre.

    Sois arc-en-ciel après l’ondée, sois fontaine limpide.

    Sois prédateur, proie, vis, meurs, et renais au printemps.

    Donne mais n’attends rien, sois humble, médite, apprends,

    Retiens bien toutes les leçons…

     

    Émerveille-toi de la beauté, pleure avec qui souffre, cultive l’empathie.

    N’invente pas ton Dieu, Il est tout autour de toi.

     

    Libère ton âme-chrysalide, elle est la grâce du papillon…

     

    Laisse le vent caresser ta peau, l’averse mouiller ton cou,

    Enlève ce chapeau qui t’enserre le front, incline le bien bas…

     

    Devant la nature.

     

    Hz


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :