• La vieille façade

     

     

    La vieille façade

     

    Au détour d'un chemin, lors d'une promenade,

    On s'étonne parfois qu'une vieille façade,

    Une ancienne demeure où règne l’abandon,

    Ne vibre plus qu’au chant du merle et du bourdon.

     

     Le temps s'est écoulé qui porte ses blessures,

    Le ciment a cédé sur de larges fissures...

     Les plafonds effondrés sur des planchers perdus,

    Les fenêtres au sol, en monceaux épandus,

     Livrent à tous les vents la pierre surannée.

    Le lierre serpentant gagne la cheminée.

     

     Si  ronces et chiendent dévorent à l'entour

    Un passé qui se meurt un peu plus chaque jour,

     La porte peinte en bleu cèle bien son mystère!

    Pour un esprit curieux : "Qui vivait là derrière ? " 

     

     Quelles larmes et joies oubliées en ces murs ?

    Ô mon âme entends-tu, près des angles obscurs,

     Susurrer cette voix depuis longtemps éteinte ?

    Elle berce l'instant d'une douce complainte. 

     

     Hanternoz


  • Commentaires

    1
    Mardi 4 Avril à 11:56

    Je suis toujours ému à la vue d'une maison abandonnée. J'aimerais que les pierres me parlent de ceux qui vivaient là. Mais rien, juste le chant des oiseaux, la ronce et l'ortie qui reprennent leurs droits. Pourtant, parfois, il y a ce quelque chose...

    Bien à Toi

    Alain

    2
    hanternoz
    Mercredi 5 Avril à 17:57
    Quand la curiosité s associe au pouvoir de l imaginaire
    3
    Evy
    Jeudi 20 Avril à 21:32

    Très beau merci pour la visite bonne soirée au plaisir

    4
    Vendredi 21 Avril à 10:49

    Merci de votre commentaire.

    5
    Dimanche 13 Août à 22:58

    Bonsoir,

    Un beau sujet, bien écrit... En effet si les murs pouvaient parler...

      • Dimanche 13 Août à 23:02

        Ils peuvent ... parfois

         

    6
    Lundi 14 Août à 11:06

    Bonjour Hanternoz et merci pour ton passage sur ma page. J'ai adoré ton poème que je trouve très émouvant. Tu distilles tes mots avec douceur pour ces vieilles pierres qui ont encore beaucoup de charme. Je suis moi-même amoureuse des vieilles pierres et ton poème ne peut que m'enchanter. A bientôt sur une de mes pages. Excellente semaine

    7
    Lundi 14 Août à 12:15

    Les  vieilles demeures posent parfois ces interrogations des vies disparues et qui animaient là, sous le soleil, cette maison et son jardin.

    Bonne semaine.

    8
    Alice HUGO.
    Mardi 19 Septembre à 18:01

    La profondeur des mots confère une véritable sincérité à ce poème.

    Merci pour cette belle lecture. Alice.

      • Mardi 19 Septembre à 21:41

        Merci Alice.

        Les vieux murs suscitent l'imaginaire...

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :